Covid-19 : recherches en cours

Covid-19 : recherches en cours

Deux équipes de recherche de vont soumettre des projets de recherche dans le cadre du Covid-19. Ainsi, Andréas Bikfalvi et Majid Khatib ont pu faire des liens entre leurs recherches et le Covid-19. Ils nous expliquent.

 

L’infection au COVID est aussi une maladie vasculaire

Andréas Bikfalvi, Directeur du Laboratoire Inserm U1029, LAMC, soumet un projet qui concerne l’étude de la régulation de ACE2, récepteur du coronavirus dans les vaisseaux sanguins et secondairement dans l’épithélium bronchique. « Pour cela, nous utiliserons notre système 3D artificiel que nous avions publié en 2019[1]. Nous avons pu reconstituer dans notre système un vaisseau artificiel comportant une couche de cellules endothéliales interne et une couche de cellules musculaires lisses. Ce système est contractile, perfusable et activable. Il a par ailleurs un transcriptome correspondant plus fidèlement à la situation in vivo. » Il ajoute qu’il a été observé que les personnes ayant été traitées avec des inhibiteurs des ACE (Enzyme de Conversion à l’angiotensine) avaient un risque potentiel plus élevé de développer une forme grave de la maladie. Par ailleurs, il est avéré que l’infection au COVID est aussi une maladie vasculaire. Ce projet – qui associe Pierre Nassoy [MC1] (Institut Optique), mais aussi le CHU de Bordeaux (Fabrice Bonnet, service de médecine interne et maladies infectieuses et Marie-Edith Lafon, service de Virologie) – a donc différents buts : élucider le rôle et le mécanisme d’action des inhibiteurs de ACE1 sur l’expression de ACE2, tester si les inhibiteurs de ACE favorisent l’infection par le Covid-19 et enfin, valider le modèle comme plateforme d’étude pour explorer l’effet des inhibiteurs de l’interaction entre le Covid-19 et ACE2.

Spécialiste à la fois du cancer et de l’angiogenèse, le laboratoire d’Andréas Bikfalvi possède une double compétence : vasculaire et cancer, ce qui lui permet de participer aux recherches sur le Covid-19.

 

Un virus qui développe 2 sites de clivage

Depuis de nombreuses années, Majid Khatib, Directeur de recherche INSERM dans l’Unité U1029, étudie plus spécifiquement les mécanismes de maturation des protéines dans le cancer et l’inflammation par des enzymes protéolytiques. 

Majid Khatib explique qu’il a récemment été démontré qu’une glycoprotéine du Covid-19 présente des sites d’un clivage protéolytique par les convertases, et notamment la convertase furine. « Le clivage des glycoproteines par les convertases est un processus utilisé par de nombreux virus pour infecter les cellules cibles (Ebola, HIV, etc…). Notre équipe  travaille sur ces enzymes depuis des années  afin d’identifier leur rôle dans l’inflammation, le cancer mais aussi l’infection virale. Grâce à des outils bio-informatiques (Virtual ligand screening) et en se basant sur la structure de la furine, nous avons identifié 1000  petites molécules susceptibles de bloquer l’activité de la furine », précise-t-il.

Par la suite, son équipe a testé d’autres molécules identifiées par la stratégie de  repositionnement de médicaments, « Nous en avons identifié une centaine, seules 38 ont pu être trouvées et achetées, une dizaine a été testée in vitro et 3 bloquent l’activité de la furine  (brevets déposés). Nous avons donc des molécules  à tester  sur le clivage de la glycoprotéine du  Covid-19 et par conséquent l’infection. »

Afin que ces recherches puissent aider dans la lutte contre le Covid-19, 50 molécules ont été envoyées dans un laboratoire à Marseille (Etienne Decroly), en attendant que le reste des autres molécules soient testées sur le site bordelais.

[1] Andrique et al, SCIENCE Adv, 2019, https://advances.sciencemag.org/content/5/6/eaau6562.abstract

[MC1] http://biof-lab.org

LOGO-UNIVERSITE-BORDEAUX inserm57x16mmHD logo cnrs chu bergoni
Mentions Légales